SUD-CHIMIE-CRVA

SUD-CHIMIE-CRVA

LES INDIGNES DE LA PHARMACIE

Nous avons trouvé sur la toile un texte qui appelle à la réflexion...

Effet mode,  entourloupe syndicale ou politique ou vraie réaction d'indignation.

Chacun pourra choisir, mais nous n'avons pas pu contrôler l'origine.

 

Il y a des choses à prendre

A vous de juger!

 

Les INDIGNES de l'industrie pharmaceutique

Appel à tous.

 

Indignés ! Le mot est-il  assez fort face à la monstrueuse exploitation financière de la Santé par les
industries du médicament ?

 

Peut-on accepter  que l’Homme soit transformé en une série de fonctionnalités, en une norme, en une marchandise ?
 
 
Peut-on accepter que l’industrie pharmaceutique, les entreprises du médicament,  responsablessocialement,  soient obsédées et pilotées par les revenus des  dirigeants et les dividendes des actionnaires !
Peut-on se taire et laisser faire ?
 
alors que les exigences en matière de santé ne cessent de s’accroître et c’est un signe de progrès,
 
alors que 50% des maladies dans le monde n’ont pas de thérapies adaptées (dixit OMS),
 
alors qu’une grande partie de la population mondiale, trop pauvre, n’a pas accès aux traitements qui existent,
 
peut on laisser détruire des milliers d’emplois utiles (dans Sanofi : - 3000 emplois ces deux dernières années,  - 900 à 1000 emplois industriels de plus d’ici 2014), fermer des sites de recherches, de productions, de services d’appuis, de commercialisation, entrainant dans ce saccage, des milliers d’emplois induits, en sous-traitance.
 
Peut-on accepter l’appauvrissement scientifique et industriel de notre pays?
 
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                         
Peut-on laisser dépérir l’économie de nombreuses régions de France et de nombreux pays.
 
 
Pour faire reculer les maladies ici et ailleurs, a-t-on trop de compétences, trop de connaissances, d’atouts industriels et scientifiques ?
 
Au mépris de la VIE, peut-on accepter l’accumulation financière continue des entreprises du médicament au profit  d’une minorité de nantis ;
 
 
Les industries du médicament sont  parmi les industries les plus profitables au monde. Quel est le sens de cette société humaine qui se glorifie et vise des super profits toujours exponentiels sur la santé ?
 
 
Pour exemple, Sanofi, 1ère européenne du médicament, principale entreprise du CAC 40, affiche  9,4 milliards d'euros  de bénéfices pour 2010  - Chris Viehbacher, PDG depuis 2009, perçoit 3  600 000 euros/an, soit chaque mois  220 SMIC !
 
 
Les dérives dans l’industrie du médicament, font l’actualité.Elles mettent en débat divers éléments : les responsabilités, l’utilité, l’efficacité, la détermination des prix détachée des coûts, l’impact sur la sécurité sociale, l’insuffisance de contrôles et le manque de rigueur, les conflits d’intérêts,  les recherches d’économies au mépris de l’éthique, les brevets et le droit de chacun à la santé..! En fait, elles éclairent l’asservissement de la recherche et de la production de médicament à la course au profit d’actionnaires.
 
 
Alors que tant de malades espèrent des traitements,
 
- comment les industries du médicament, telle Sanofi, peuvent-ils dilapider leur  recherche et leurs moyens de productions pour répondre aux appétits égoïstes et gargantuesques de quelques uns ?
 
- comment le gouvernement peut il « arroser » de millions d’euros de crédit impôt recherche chaque année, de telle société à la gestion antisociale,  avec l’argent des contribuables ? Nous demandons le remboursement  de ces sommes indues.
 
 
Les entreprises du lobbying pharma qui sévissent mondialement, sont de plus en plus discréditées.  Leur pouvoir, sur l’économie, le social, l’humain, est  injustifié, voir DANGEREUX.  Comme elles sont loin  du serment d’Hippocrate !
« Je donnerai mes soins à l'indigent et à quiconque me le demandera.
Je ne me laisserai pas influencer par la soif du gain ou la recherche de la gloire. »
 
 
Lesprofessionnels de l’industrie pharma, ouvriers, employés, techniciens, chercheurs, ingénieurs, visiteurs médicaux ne veulent pas que leur travail soit détourné de sa raison d’être : répondre aux besoins en Santé ! Leur métier les passionne. Ils mesurent leur utilité sociale. Chaque jour qui passe, de restructuration en réforme, ils souffrent des obstacles, des dérives imposées.Ils créent les richesses de l’entreprise. Ils ambitionnent de soigner. Constamment ils proposent, ils s’impliquent, ils veulent innover, ils rêvent de coopérations…
Leur droit d’intervention  sur les objectifs de cette industrie d’intérêt public est LEGITIME et nécessaire. Qui décide des choix de santé, illustre  la conception que l’on se fait de la société.
 
 
Nous en appelons à tous,
Pour la santé,seuls les intérêts thérapeutiques doivent compter, pas la finance. Nous réclamons que la politique des industries pharmaceutiques se recentre sur les patients et les maladies dont ils souffrent quelles qu’elles soient, où qu’elles soient.

Pour la santé,  les pouvoirs publics doivent assumer  leurs responsabilités. Nous rappelons que la sécurité sanitaire doit être un objectif de l’Etat.
 

Pour la santé,nous incitons l’ensemble des parlementaires à s’opposer à la dilapidation des biens communs, à exiger que  l’industrie pharmaceutique et plus particulièrement Sanofi,  réponde à ses obligations sanitaires, éthiques.
Patients, professionnels du médicament et de la santé, citoyens, nous sommes tous concernés,
 
indignons nous et
  agissons ensemble !
 
 
Pour la santé,rejoignez cet appel, diffusez le largement à tous vos réseaux, afin que monte de partout, desvilles, des campagnes, dans notre pays et dans le monde cette exigence :
le médicament n’est pas une marchandise. Il doit sortir des griffes des financiers !
Par lesindignesdelindustriepharmaceutique



04/08/2011
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 27 autres membres