SUD-CHIMIE-CRVA

SUD-CHIMIE-CRVA

DSK TRON ? Non CTU

CTU !!  Tu connais ??

 

Il y a trois jours, j’écoutais ma radio prélérée en poirautant dans les embouteillage.

Entre Eiffel et Paul Personne, les infos  tombent

On y parle bien sûr de DSK de Tron, de la dernière disparue lors de son jogging, les nouvelles habituelles en quelque sorte.

Tiens on parle du MEDEF, c’est plutôt rare !

La présidente de ce jopyeux groupe de maffieux, ferait pression sur nos gouvernant (Fillion) pour inscrire un projet de loi instaurant le CTU !

Cela me titille les neurones… J’ai déjà entendu parler d’un truc comme ça.

        Le CTU Contrat de Travail Universel !

 

Une petite recherche s’impose… Que se passe t’il? Je pensais que cela était passé aux oubliettes

 

Le contrat unique divise

Publié le 17-06-11 à 20:58    Modifié à 20:58    

Prônée par les directeurs des ressources humaines, l'idée est rejetée par les syndicats FO et CFTC. Pour Bertrand, elle mérite d'être étudiée.

L'idée d'un contrat de travail unique (CTU), relancée vendredi 17 juin par l'Association nationale des directeurs de ressources humaines (ANDRH), mérite d'être étudiée pour le ministre du Travail Xavier Bertrand, mais les syndicats FO et CFTC ont redit leur farouche opposition à la "flexibilité".

Cette idée, qui remonte à 2004, revient de façon récurrente en France où coexistent plus de 30 types de contrat de travail. Le CTU avait même fait partie des propositions de Nicolas Sarkozy en 2007.

A un an de l'élection présidentielle, elle a été remise au goût du jour lors des assises organisées vendredi par l'ANDRH. Et Xavier Bertrand, tout en soulignant bien ne pas en être à l'origine, a admis vendredi qu'elle "devait être étudiée" si elle fait "avancer la logique du plein emploi".

Le contrat unique repose sur l'idée qu'il faut "arrêter de distinguer deux catégories de salariés : les permanents en CDI et les précaires d'un autre côté", selon le président de l'ANDRH, Jean-Christophe Sciberras.

L'association, qui invite désormais les "partenaires sociaux et les législateurs à prendre le relais", propose qu'un contrat de travail unique "conclu sans détermination de durée", "les droits du salarié à l'intérieur de l'entreprise s'acquérant progressivement".

Ce "contrat de travail peut être rompu, si la raison pour laquelle il est conclu s'arrête, si la saison est terminée, si la fonction disparaît etc, ou s'il y a une faute du salarié", a expliqué Christophe Sciberras.

"La flexibilité à outrance"

"Ce que l'on dit, c'est qu'il faut casser ce dualisme du monde du travail, où vous avez essentiellement des jeunes qui se retrouvent avec des contrats précaires, qui du coup se retrouvent avec plein de conséquences négatives : la difficulté d'accès au logement, au crédit à la consommation...", a-t-il poursuivi, évoquant une "exclusion sociale".

Selon Xavier Bertrand, "il faut montrer que cela doit être gagnant-gagnant. S'il y a une avancée pour l'entreprise, il doit aussi y en avoir une pour les salariés". Le ministre a reconnu que l'idée avait rencontré par le passé l'opposition des "partenaires sociaux". "Mais la crise est passée par là", a-t-il relevé.

Les organisations syndicales y restent farouchement opposées. L'idée n'est "pas acceptable", car elle signifierait "plus de flexibilité", ont plaidé les responsables de FO et de la CFTC Jean-Claude Mailly et Jacques Voisin.

Cette proposition reviendrait à "étendre la flexibilité partout", à faire de "la flexibilité à outrance". "Pour donner confiance aux jeunes, un truc tout simple : interdisez les stages hors cursus", a lancé Jean-Claude Mailly à l'adresse des DRH, en affirmant que le CDI devait "rester la norme".

"On fragiliserait encore les salariés au moment de la rupture"

Il a mis en garde aussi sur le risque qu'un tel contrat ne soit "contraire à une convention internationale du travail" qui exige un "motif réel et sérieux" pour mettre un terme au contrat de travail.

Jacques Voisin a qualifié quant à lui la proposition de "fausse bonne idée". "Nos craintes, c'est qu'on soit toujours dans plus de flexibilité sans sécurité, car c'est un CDD à terme indéfini et on fragiliserait encore les salariés au moment de la rupture".

Le président de la CFTC a rappelé la proposition de la CFTC d'"un statut des travailleurs" pour "combattre la précarité en parlant des transitions professionnelles, de la carrière professionnelle".

L'ANDRH est une association comptant près de 5.000 membres et regroupant les DRH des entreprises françaises.

Le Nouvel Observateur - AFP

 

C’est moins intéressant que la vie et l’œuvre de DSK et autre Tron !

 

 

Au fait CTU c'est aussi



21/06/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 27 autres membres