SUD-CHIMIE-CRVA

SUD-CHIMIE-CRVA

Intervention des sanofi au congrès du PS

 

SANOFI n’a pas été le SUJET TABOU DU CONGRES PS DE TOULOUSE

 

Depuis maintenant 4 mois les salariés de Sanofi Recherche et Développement du site de Toulouse appuyés par l’ensemble des sites de la recherche et des activités du groupe Sanofi sont entrés en résistance face à un plan de restructuration conduisant à de nombreuses suppressions de poste.

Ce plan attaque l’ensemble des activités en France et en premier lieu les équipes de recherche par la « mise entre parenthèse » du site de Toulouse et l’arrêt des activités de recherche du site de Montpellier.

L’innovation doit être le pilier de la création d’emploi et ce au sein de l’ensemble du territoire, or Sanofi aujourd'hui, choisi de sacrifier des secteurs complets de la recherche et de l’innovation :

C’est un véritable non sens, destructeur en termes d’emploi, de formation et dont les victimes finales seront nos jeunes !

Le groupe Sanofi en perpétuelle restructuration depuis 2009 n’a jamais fait la preuve du bien fondé de sa stratégie, ce qui a été également relevé par un consensus de cabinet d’experts économiques. En conséquence le « portefeuille » de nos produits s’appauvrit de façon alarmante, les investissements en Recherche interne diminuent, au profit de retours indécents vers nos patrons et gros actionnaires. Ce nouveau plan pousse à l’extrême la logique financière choisie par nos dirigeants :

C’est un véritable non sens et un déni d’éthique pour une industrie pharmaceutique digne de ce nom et dont les victimes finales seront les patients !

Les organisations syndicales représentatives sur les sites, dans les sociétés et le Groupe fonctionnent en Intersyndicales solidaires et unies et expriment leurs déterminations autour d’une revendication commune et cohérente : le retrait du Plan et le maintien d’activité pour tous. Elles fédèrent les salariés dans une mobilisation inédite, courageuse qui trouve sa légitimité dans les nombreux soutiens exprimés.

Malgré tout, le site de Toulouse est aujourd’hui évincé des débats au sein de sanofi et perd toute perspective d’intégration de ces compétences au sein de se groupe

C’est un véritable non sens social et scientifique, dont les victimes finales seront les salariés.

Les scientifiques des écosystèmes dénigrés par notre Direction, dont l’ONCOPOLE Toulousain, les élus et représentants locaux puis nationaux impliqués dans ce dossier ont fait preuve d’une grande réactivité.

Mais à ce jour force est de constater que l’investissement et l’implication de tous n’ont pas fait reculer notre Direction.

Comme d’habitude la puissance de communication de ce groupe, associée à un « lobbying » très actif, prouve la capacité de brouiller les cartes et tente de retourner la situation en sa faveur. Le site de Toulouse est mis sur la touche et sort du périmètre de la R&D de Sanofi.

C’est un véritable non sens dont les victimes finales seront les Toulousains !

Le premier groupe pharmaceutique français et européen : Sanofi a fait le choix d’une gouvernance à l’anglo-saxonne, dont les conséquences directes sont la perte de nos activités, expertises, et moyens en France et en Europe. Cela dit, il bénéficie largement des structures et des aides publiques apportées notamment par le Crédit Impôts Recherche, et le comble, des réductions d’impôts pour frais de restructuration.

Nous ne comprenons pas par quelle opération de « passe-passe » le gouvernement, qui s’était clairement exprimé pour le retrait du plan de restructuration dans sa globalité, est en passe de devoir assumer la responsabilité de l’avenir du site toulousain ou de ce qu’il en resterait.

Notre Direction a fait tourner à son avantage des négociations qui devaient aller dans le sens que nous revendiquons. TOULOUSE après être vidé de ce que la Direction veut garder est abandonné à d’autres. La Direction en parait soulagée quand elle annonce cyniquement en Comité Central d’Entreprise « qu’elle ne peut plus rien faire pour ce site puisque les ministres s’en occupent. »

Les Sanofiens, les citoyens ne comprendront pas cette « assistance » portée à un Groupe en si bonne santé financière !

C’est un véritable non sens dont la victime finale sera l’état !

En panne de dialogue social, quelle expression et quels moyens de défense restent-ils aux salariés ?

Les prérogatives des Instances Représentatives du Personnel (CE, CCE, CHSCT..) ne sont pas respectées.

La voie juridique devient incontournable.

Nous espérons que les conclusions de justice, attendues dès la semaine prochaine, imposeront le respect du droit du Travail à ce Groupe qui déroule avec arrogance et en toute impunité un plan qui ne respecte RIEN.

Aujourd’hui, nous, militants syndicalistes nous nous adressons à vous militants politiques, nous vous portons nos questions :

                         

Que doit-on mettre en place et développer ensemble afin qu’un grand groupe bénéficiaire comme Sanofi assume sa responsabilité sociétale ?

 

Comment créer un contexte propice pour que nos élus et représentants politiques puissent faire reculer l’ultra libéralisme des grands groupes nationaux et internationaux qui se placent au dessus des états ?

 

Que devons nous imaginer pour porter plus loin notre volonté à tous d’aller vers plus de justice sociale ?

 

Nous mesurons à quel point c’est difficile mais avec vous nous voulons y croire.

Merci.



10/01/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 27 autres membres